jeudi 1 décembre 2016

LES FEMMES PERVERSES AUX YEUX DES PSYKK

ENCORE UNE DIABOLISATION DE LA MERE PAR LA PSYCHANALYSE 


Où il est question encore du lien mère-fille et les relations tendues entre elles " et ces relations pourront aller de l'extase au ravage "

" La femme se construisant par rapport à un signifiant qui ne lui est pas propre mais par rapport à un signifiant propre à l'autre sexe est amené à développer des stratégies diverses pour s'assurer qu'elle existe par rapport à l'homme. Peut-elle le séduire ? Comment ? Selon les époques et les sociétés, les femmes développeront ruses, mascarades, stratagèmes pour masquer l'absence de phallus, s'assurer un pouvoir sur les hommes ou à la manière des hommes. Parures et parades seront des armes entre leurs mains. Avec le féminisme, ce sont des revendications d'égalité qui émergent et modifient les relations entre les sexes. Ce n'est peut-être pas un hasard si on passe du continent noir de Freud à la jouissance supplémentaire de Lacan, qui fait de la femme, un être ayant un accès à l'infini, au prix de l'indicible. Ce qui ne peut que rendre plus difficiles les relations mères-filles, les filles sentant cette dimension, les mères l'ayant peut-être éprouvé mais ne pouvant rien en dire. Et ces relations pourront aller de l'extase au ravage."

Lu ici : http://les4saisons.over-blog.com/page-list/psychanalyse


Pour reprendre ce qui est écrit dans mon rapport, (inepties complètement délirantes) il fait état de : " d'un point de vue psychanalytique, la relation à l'image maternelle est hyper-conflictuelle" " d'un point de vue clinique, dans la configuration familiale, il s'agit d'une fille qui n'a pas été assez aimée" " on remarque..une nette insuffisance d'amour maternel entraînant des difficultés d'identification à la mère"

D'un, je n'ai pas de relation conflictuelle avec ma mère, de deux où va t'elle chercher "de ce point de vue psychanalytique", aurait t'il aussi
- d'un point de vue sociétal
- d'un point de vue ethnographique
-d'un point de vue philosophique
-d'un point de vue psychiatrique
-d'un point de vue médical
-d'un point de vue féministe

ETC ETC...

Où Diable va t'elle chercher que je n'ai pas été assez aimée en 45 minutes d'entrevue, sachant qu'elle n'a rencontrée aucun membre de ma famille, qu'elle n'a ni rencontré ma mère ni aucun proche pouvant témoigner de ce soit-disant manque d'amour maternel, que je n'ai à aucun moment du tout parlé de ma mère si ce n'est que pour lui dire sa profession et son âge et absolument rien d'autre. Aurait-elle "projeté " tout ça pour reprendre les termes nauséabonds de la psykk en se basant sur des tests projectifs faits d'images où j'aurais pu dire ce qu'il me chantait étant donné que je savais très bien ce qu'étaient ces planches et qu'elles n'ont aucune validité scientifique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire