dimanche 25 décembre 2016

Enfant turbulent, signalement et caetera

Fabliaux et autres contes contemporains :

L'ENFANT TYRAN NISE ET TYRAN LUI-MÊME....

Vous meniez une vie tranquille, calme et sereine, votre famille traversait les années sans heurts.
Et puis un jour, votre bambin ayant grandi, fut venu le jour tant attendu où l'école lui ouvrait ses portes. Vous vous faisiez une joie d'accompagner votre enfant où entre ses murs, vous en étiez sûrs, il serait entouré de bienveillance, d'adultes fédérateurs et d'autres bambins eux aussi très excités à l'idée de rencontrer plein de petits camarades.
Habitué à de longs échanges avec vous, adultes tout aussi curieux que lui, et où sa soif de connaissances était rassasiée, il savait que ce nouveau monde à explorer était plein de surprises.
Lorsqu'au bout de quelques semaines, il s'aperçut avec effroi que les récréations étaient synonymes de champs de torture, où non seulement les adultes n'avaient que faire d'un tel vermisseau qui venait de se faire bousculer et tyranniser par d'autres bambins à peine plus âgés que lui, et qu'en plus non contents de ne pas répondre à ses interrogations devant tant d'injuste, c'était lui, le petit vermisseau qui se faisait rabrouer par ses maîtres de n'avoir pas su se défendre, lui, qui n'avait jamais côtoyé autant de hargne et de violence à son égard, mais qu'en plus, on lui reprochait de l'avoir certainement bien cherché à vouloir faire son "intéressant " à poser tant de questions et à chercher à briller par son langage fort élaboré, ce qui justifiait la jalousie de ses pairs et leur brutalité à son égard.
Devant tant de morgue, son instinct de "survie" lui dicta une attitude contraire à ce qu'on lui avait toujours appris en famille, et qu'il s'affubla lui aussi d'agressivité qui jusqu'alors, ne s'était jamais manifesté,  avec une hargne et une  rage déployées à la mesure de ce qu'il avait des semaines, endurées.
Bien entendu, ni le personnel de l'école ne s'en confia à ses parents, tout habitués qu'ils étaient à cette violence qu'eux mêmes perpétraient, engoncés dans leurs croyances souveraines de punitions et de brimades, ni cet enfant, qui n'aurait su exprimer ses émotions à ses parents, lui-même culpabilisé à pleurer lorsqu'on lui haranguait qu'il n'avait pas à le faire et qu'il n'avait qu'à se taire.
L'enfant TYRANNISE devint donc lui-même TYRAN.

Devant les postulas psychanalytiques d'enfant roi ou d'enfant tyran, on culpabilisa bien entendu les parents (la mère principalement puisque principale "pourvoyeuse de soins et d'éducation") qu'ils avaient "failli" dans leur mission parentale, qu'ils n'avaient pas assez "d'autorité" pour faire entendre à leur enfant qu'on ne frappait pas les autres et se retrouvèrent donc avec un..signalement.
Tout par la suite s'enchaîna, convoqué par les services sociaux, on leur reprocha leur attitude trop "bienveillante" et forcément "laxiste" et que si leur enfant était TYRANNIQUE, cela ne pouvait forcément ne venir que d'eux.
Evidemment, pas un seul adulte de l'équipe "éducative" scolaire ne se remit en cause, et voyaient d'un très mauvais oeil parents qui diplomates et "marchant sur des oeufs"tentaient de comprendre ce qu'il se passait une fois la porte de l'école fermée, ayant bien constaté que leur enfant était revenu quelques fois qui avec une bosse, qui avec une petite égratignure.
Diable ! qui sont ces parents ayant l'outrecuidance de vouloir faire ingérence au sein de notre INSTITUTION et d'oser nous demander des comptes !
Il n'eut pas donc pas l'ombre d'un doute de la part du directeur de l'établissement de procéder immédiatement à l'élaboration d'un signalement qui jetterait l'opprobre sans faillir sur cette famille qui mettait en péril l'ordre établi et que nul "néophyte" (parents ignares puisque non enseignants et donc aucune objection à émettre quand à l'organisation et la pédagogie de cette école). Quoique, mais l'omerta régnant (la peur surtout !), les parents auront beaucoup de mal à "soutirer" des informations d'autres parents.
Et l'escalade fut.
Signalement, services sociaux prévenus, parents convoqués, juge des enfants saisi et placement de cet enfant "turbulent et violent" en ITEP.
ITEP : INSTITUT THERAPEUTIQUE EDUCATIF ET PEDAGOGIQUE.

Voir un exemple ici :

https://youtu.be/b0kUDasMcp4

Par la suite, les parents ont cherché à savoir quels étaient les intervenants dans ces ITEP, et par qui ils étaient "formés".
Ils ont appris l'existence de l'association des ITEP et de leurs réseaux, sous l'intitulé AIRe.

http://www.metis-europe.eu/wp-content/uploads/2011/11/plaquette...pdf


Quelle ne fut pas leur stupeur de voir qu'ici aussi, les psychanalystes avaient fait leur "lit", dont "l'éminent " professeur Bernard Golse, le même qui préconisait le packing sur les enfants autistes.
Ils comprenaient donc que leur "pédagogie" bienveillante serait mise à mal, et qu'eux mêmes ayant envisagé de déscolariser leur enfant (après avoir subodoré quelques "maltraitances" à son encontre puisque l'école "avalisait" ces agissements et qu'ils étaient eux-mêmes maltraitants par leur inaction, leurs humiliations et leurs brimades répétées) , ils seraient vus comme des parents défaillants ne se soumettant pas à l'autorité qu'on leur imposait pour leur enfant.

https://youtu.be/b0kUDasMcp4

Ils avaient bien vaguement "entendu "parler de ces parents qui, pour de multiples raisons avaient déscolarisé leur progéniture (harcèlement scolaire, autisme non décelé, précocité, TDAH, choix personnel, etc) et qui subissaient eux aussi les foudres de l'éducation nationale et de leur fidèles collaborateurs, les services sociaux. Enquêtes faites à la va-vite par des personnels de mairie, voire par la gendarmerie, afin de "vérifier " si les enfants étaient "soumis aux mêmes enseignements que ceux scolarisées mais aussi et surtout vérification si les apprentissages avaient été acquis et sus bien que cela ne soit pas en principe "autorisé". Depuis quand les parents porteraient-ils plainte eux aussi contre des enseignants qui n'auraient pas "su" faire ingurgiter le programme de l'année ? Parce que si cela va dans un sens, pourquoi n'en serait-il pas de même dans l'autre ?
A t'on jamais vu des parents porter plainte contre un établissement scolaire parce que leur enfant redoublerait ?
Non !
Et pourtant , en ce qui concerne certaines familles en France, si l'inspecteur, ou l'agent municipal ou le gendarme déclare que l'enfant ne connait pas de A à Z le programme correspondant à son âge, il arrive que des familles soient l'objet elles aussi de signalements.
Faudrait-il dans ce cas que toutes les familles apparaissant dans le film ALPHABET en France soient dénoncés et fassent l'objet "d'enquêtes ?"
Quid de l'enseignant dans le reportage ci-dessus qui maintient l'enfant à terre pour éviter sa violence ?
Ne devrait-il pas lui aussi faire l'objet d'un "signalement" ?
Il suffit qu'une famille tombe "entre les mains" d'intervenants sociaux, ou d'enseignants "nourris " de psychanalyse culpabilisante et pour qui chaque comportement est symptomatique pour que l'épée de Damoclès les menace et que le couperet d'un verdict d'un jugement ne faisant l'objet d'aucune objection tombe.
Ainsi va la Pauvre France.

Intervenants de l'association des ITEP, beaucoup  répondant de la psychanalyse

1/
 Friedrich Marc André
http://citoyenneteactivelorraine.fr/dossiers%20%C3%A0%20telecharger%204/affiche%20CONF%20fille%20garcon%20(1).pdf

2/
Vacjman Claude
https://www.cairn.info/revue-figures-de-la-psy-2014-1-page-203.htm

3/
Godard Gabriel
http://i-reperes.fr/leditorial-de-gabriel-godard/
(ça me brûle les doigts, donc je mets un extrait "  Pourtant nous sommes persuadés que la psychanalyse est le meilleur appui pour sortir de l’ornière de la morale et de son jugement mortifère. Mais si les travailleurs sociaux de tout bord préfèrent la mort en apprenant par cœur les bonnes pratiques distillés par les experts (ex-pères !), nous n’y pouvons rien ! Le prêt à penser est beaucoup plus facile à exercer que le travail d’élaboration des pratiques que propose la psychanalyse."

4/
Coum Daniel
Encore un adepte de Lacan, d'Oedipe et caetera...
Et qui écrit que la présence du "père" est nécessaire pour casser ce lien "mère-enfant" pour éviter qu'il ne devienne "mortifère" 
https://books.google.fr/books?id=Rd5ftsyx3VoC&pg=PT220&lpg=PT220&dq=daniel+coum+fusionnelle&source=bl&ots=eXvAI9_XBt&sig=X2V4fXeXC0-BzyJDXO-VIYPrOcc&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiu8MPWo5DRAhWC0hoKHfCsAG4Q6AEINDAF#v=onepage&q=daniel%20coum%20fusionnelle&f=false





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire