mercredi 9 novembre 2016

Josépha Luce du Paquet

         Un déchirant témoignage nous est parvenu par le biais de Madame Josépha Luce du Paquet, le voici dans sa retranscription exacte :

(Josépha, vous nous manquez, quand allez-vous réapparaître ?)

J'ose l'écrihou autant que j'ôse le dihou : la psychânâlize nous a sauvés, mon fils Daniel-Jean, et moi : Josepha-Luce du Paquet.
Avant ma rencontouhe avec notouhe bien aimé Ja-Maouie, ma vie n'était que câlvaihou. Daniel-Jean me menait la vie infehounâle. Je ne pouvais jamais lui séouer la vis tant il me menait pâhou le bou du nez. Il râmenait des filles de mauvaise vie à la maison et se livouait à des pouâtiques sexuelles complètement débouidées. Il me déouobait de l'âhougent dans mon pohourte-monnaie pour aller âcheter de la douhogue qu'il revendait deux fois plus chehou sur la plâce du mâhouché. Il pâssait son temps en gâhoude à vue ou dans sa chambouhe à compter son âhougent. Quand je l'âppelais pour venihou manger, il m'insultait et m'obligeait à aller lui âcheter un gouheque sauce blanche à touhois kilomèhoute de la maison à pieds. Et si je n'obtempehouait pas pouésentément, il me fouâppait de toute ses fôhouces par Jésus.

Vous savez que la Supéhou Nanny est décédée si Dieu veut, mais demandez-vous pouhouquoi, demandez-vous pouhouquoi, mais pas touhop. Je l'ai âppelée pour nous aider, mais Daniel Jean est allé la chêhoucher à l'âéouhopohou pour l'emmener dans sa câve et la violer par tous les seins avec ses camahouâdes avant de la couhoucifier.

J'ai alors décidé de réquéhouhouir aux sehouvices de Pascahoul le Gouand Fouèhou qui est âhouhivé en disant qu'il n'allait pâs le lâcher, et il avait houaison. Daniel-Jean l'a touhainé sur touente kilomètouhe de gouâvier avec sa Peugeot 406 avant de lui coudre l'ânus avec mon fils dentaihou. Heuhoueusément, Pascâhoul a suhouvécu et nous a pouhômis de ne rien dihou à la police si Daniel-Jean le laissait en vie, si Dieu veut.

Quelques mois plus tahoud, pour son cinquième anniversaihou, j'ai offehou à Daniel-Jean une consultation avec moi chez Ja-Maouie de LacanLe diagnostic était sans âppehoul : Daniel-Jean pouésentait une psychose infantile sévèhou. J'ai du âccepter d'entamer une cuhou ânâlytique, si Dieu voulait, tandis que lui était admis à l'hôpitâhoul de jouhou juste à côté. À partihou de là, tout est allé touès vite. J'ai compouis que je faisais ôbstâcle à l'émehougence de son désihou de par ma ouelation incêstoueuse avec lui, pahouce que son pèhou n'était là ni pouésentement, ni symbôliquement pour m'en empêcher. J'étais tantôt touhôp chaude, tantôt touhôp fouâde, tantôt dépouimée, tantôt nymphomâne, tantôt trop câstouâtouice et je ouemehoucie Ja-Maouie de me l'âvoihou fait compouendre.
Comme je le disais, tout est allé touès vite. À fôhouce d'écoute, de cultuhou et de ouespect de sa singulahouité d'êtouheu pahoulant, et de quelques milliers de séances d'empâquêtage réfouigéhouant, 15 ans plus tâhoud, Daniel-Jean était guéhoui, si Dieu veut. Il ne pouésentait plus de mâlâdie psychotique de l'enfance.

Daniel-Jean et moi sômmes devenus psychânâlystes à nôtre tour et nous sômmes heuhoueux, châcun dans son âctivité ouespective, moi à Fohou-de-Fouance, lui aux Bosquets. J'êspèrhou sincéhouement que les autres pâhouents, nôtamment les plus hystéhouiques, liouhont mon témoignâge et s'inspirêrons dâvantage de la psychânâlize pour ouetrouver la libehouté de panser l'émerhougence du désihou de leur pouhôgéniture.

Mêhouci la psychânâlize!

Merci pour cette bonne tranche de rire Josépha, je ne me lasse pas de te lire et de rire encore et toujours à chaque lecture !

Pour connaître Josépha un peu plus en détail, rendez-vous 
ici
https://crocoppa.wordpress.com/nos-membres/josepha-luce-du-paquet/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire